Cours de piano, comment jouer vite au piano


Comment arriver à jouer vite au piano ?     Comment devenir virtuose du clavier ?

                                                                                                                                                         Par Frédéric Bernachon


C’est une question qui  m’est souvent posée, et la réponse va sûrement surprendre beaucoup de pianistes amateurs ou confirmés. Il faut travailler lentement.  C’est aussi simple que cela.  Mais attention, le travail de vitesse et d’accélération ne s’adresse qu’aux  élèves de piano ayant acquis déjà le niveau intermédiaire et avancé.  Les débutants devront concentrer leurs efforts sur l’acquisition de la lecture de notes et la technique du clavier.   Jouer rapidement ne présente que peu d’intérêt au début d’apprentissage du piano.

Avant tout, le morceau de piano classique nécessite d’être déchiffré.  En fonction de la complexité  de celui-ci et du niveau de déchiffrage de l’élève cette étape va durer d’une heure  à quelques jours.  A la suite  du  déchiffrage le travail va se construire d’une note à l’autre, d’une mesure à l’autre. Ce travail lent va comprendre un certain nombre d’exercices techniques permettant de mieux intégrer  et mémoriser le texte musical.   Durant ce processus nous nous concentrons généralement sur le contrôle de chaque doigt.   Le travail lent va permettre d’intégrer les morceaux   de musique dans notre mémoire cinétique.  En quelque sorte, on mémorisera  la partition avec nos mains.   Plus on le travaillera lentement mieux on le saura.  Le travail lent doit être accompli sans fautes, la vitesse étant  de l’ordre 2 à 4 fois moins rapide que la  vitesse normale pour la partition donnée.  

Une fois  ce travail lent accompli,  il faut rechercher  à se détacher de la réflexion note par note,  mesure par mesure.  Il faut arriver à ne plus penser à chaque doigt,  mais voir  un passage entier.   On  peut essayer de discuter avec une tierce personne tout en travaillant.  Cela permet d’acquérir  une certaine indépendance.  Un exercice encore plus difficile consiste à lire un livre ou un journal.  Le but de l’exercice est de déconnecter la réflexion consciente et ne pas fractionner  le morceau de piano.   Et c’est  là que la mémoire cinétique doit venir en aide  et nous rappeler  le  geste  tout entier.  Il  ne  faut pas se décourager car pour acquérir les automatismes  il faut  du temps et de la persévérance.     Les automatismes fermement acquis nous permettent d’aller de plus en plus vite au piano.    Encore une fois, soyons patients et travaillons lentement.